Les artisans mobilisés face au projet de loi Sapin II

Un nouveau projet de loi présenté en mars 2016 à l’Assemblée Nationale fait débat dans le monde de l’artisanat. L’UPA (Union Professionnelle des Artisans) s’oppose à l’article 43, proposé par Michel Sapin, l’actuel ministre des finances. The Goût Job vous informe sur ces changements touchant aux qualifications requises pour exercer dans les métiers de bouche.

A quoi sert la loi Sapin II ?

Elle vise à renforcer la transparence et la lutte contre la corruption sur le marché du travail.

Michel Sapin considère que ce projet de loi contient aussi « des mesures destinées à moderniser la vie économique, en permettant notamment un financement plus diversifié de notre économie tout en assurant la protection des investisseurs. »

Cette réforme touche, entre autre, les métiers de l’artisanat et vise à les moderniser et les simplifier dans le but d’encourager l’activité et de dynamiser l’entreprenariat.

©Sebastien Muylaert/ Wostok Press/ Maxppp Paris, France 23/12/2015 Michel Sapin ministre des finances et des comptes publics a la sortie du conseil des ministres au palais de l'Elysee a Paris.

Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics à la sortie du conseil des ministres au palais de l’Élysée, Paris. ©Sebastien Muylaert

Des artisans en colère

Le président de l’UPA assure que « Cette disposition menace de dévaloriser gravement les métiers de l’artisanat […] et ouvre la porte à la suppression de l’exigence de qualification professionnelle qui est aujourd’hui requise pour exercer de nombreuses activités artisanales. »

L’organisation et ses partisans reprochent à ces nouvelles procédures de favoriser les risques sanitaires et sécuritaires en permettant à des personnes peu qualifiées d’exercer certains métiers.

Une communication retentissante

Le monde de l’artisanat ne cautionne pas cette loi et veut le faire savoir. Un site parodique a vu le jour. Il reprend les codes des « box », ces colis envoyés chaque mois à un internaute pour lui faire découvrir différents produits. Ici, pas question de maquillage, bouteilles de vin ou sachets thé ! La box Loi Sapin sera envoyé au gouvernement et contiendra divers outils et ustensiles utilisés par les artisans. Ainsi, pour devenir boulanger en un rien de temps, Michel Sapin se verra recevoir un tablier car « l’habit ne fait pas le moine et ce tablier ne suffira donc pas à (le) transformer en artisan » ou encore un gant car « lorsque l’on met de l’huile sur le feu, mieux vaut être bien équipé pour éviter un retour de flamme. ».

maboxloisapin.fr

maboxloisapin.fr

Le site invite également les internautes à partager et diffuser son contenu grâce à une communication bien rodée, allant de l’affiche, aux flyers, en passant par des films Youtube  et un hashtag l’#ArtisanatDemain.

Ma Box Loi Sapin (gif) - The Goût Job

Les réponses discrètes du gouvernement

Au vu de l’actualité, l’heure n’est pas aux heurts. Michel Sapin certifie que lorsqu’il s’agit d’activités comportant des risques, certains diplômes resteront obligatoires, comme celui d’électricien ou de coiffeur.

En revanche, lorsqu’il s’agit du nettoyage d’un mur dans le bâtiment ou bien de la vente sur les marchés, les qualifications officielles comme le BEP ou le CAP pourraient être allégées ou supprimées.

Cela ne suffit malheureusement pas à rassurer les artisans qui voient cette réforme comme une dévalorisation des diplômes et des métiers. D’un point de vue économique, l’UPA s’inquiète de voir les chiffres de création de commerce de proximité gonfler au détriment de leur pérennité.

Le projet de loi Sapin II sera débattu du 6 au 9 juin 2016. En attendant, les artisans continuent de défendre leurs qualifications : au moins 55 fédérations et 500 CFA et lycées professionnels sont mobilisés contre ce qu’ils appellent « le mépris manifesté à l’égard des 400.000 jeunes qui misent actuellement sur l’apprentissage pour apprendre un métier qualifié »

Suivez The Goût Job pour connaître le fin mot de l’histoire… À très vite !

Faire carrière à l’étranger, comment bien préparer son départ ?

Chaque année près de deux millions de français font leurs bagages et quittent leur terre de naissance pour faire carrière à l’étranger. Professionnels des métiers de bouche, vous avez une chance extraordinaire : celle d’avoir un savoir-faire envié et désiré dans le monde entier. En Asie, aux Etats-Unis, au Moyen-Orient ou en Afrique, votre diplôme de boulanger, pâtissier, boucher, cuisinier ou poissonnier est un précieux passe.

Prendre le large pour en apprendre davantage

Plusieurs raisons peuvent vous pousser à partir à l’étranger : l’envie d’aller voir ailleurs, de profiter de nouvelles opportunités, ou le désir d’apprendre autrement… Mais quelle que soit votre situation, prenez le temps de réfléchir et de peser le pour et le contre de ce nouveau début.

Produits culinaires locaux - The Goût Job

Un départ à l’étranger aura de belles répercussions sur votre carrière :

  • Maitrise d’une langue étrangère
  • Acquisition de nouvelles techniques et savoir-faire
  • Découverte d’un environnement professionnel différent du vôtre et de nouvelles organisations de travail

Aux yeux d’un futur recruteur, une expérience en hors de vos frontières sera le signe d’un certain goût pour la prise de risque et les challenges, mais aussi une preuve de votre ouverture d’esprit et de votre soif de d’apprendre.

Des destinations à privilégier

Trouver un emploi à l’étranger n’est pas chose aisée. Dans certains pays, l’accès à un permis de travail est un véritable parcours du combattant.

Destinations à privilégier, Etats-Unis, Canada, Australie, Nouvelle Zelande - The Goût Job

Pour mettre toutes les chances de votre côté, orientez-vous vers les pays qui souffrent d’un manque de candidats dans votre domaine d’activité.

Aux États-Unis, les profils évoluant dans la restauration, la boulangerie et la pâtisserie sont particulièrement recherchés.

Le Canada, quant à lui, éprouve de grandes difficultés à trouver des chefs-cuisiniers, des bouchers et coupeurs de viande, des boulangers et des poissonniers.

En Australie et en Nouvelle-Zélande, de nombreux restaurants sont en quête de nouveaux chefs-cuisiniers.

Votre diplôme français est un véritable sésame à l’étranger. La gastronomie, la cuisine et l’artisanat français sont connus et reconnus aux quatre coins du monde. Si vous êtes motivés et déterminés, ces pays (et bien d’autres), vous accueilleront à bras ouverts !

made in france

Si votre décision est prise, voici quelques conseils qui pourraient vous être utiles avant de faire vos valises :

  • Entrez en contact avec les ambassades, elles pourront vous informer sur les démarches administratives à suivre pour obtenir un permis de travail
  • Constituez un dossier de candidature complet dans la langue du pays ciblé. Si vous ne maitrisez pas la langue du pays concerné, proposez votre candidature en anglais
  • N’hésitez pas à relancer vos interlocuteurs après avoir déposé votre candidature

De bons plats du monde entier - The Goût Job

The Good Tip :

Arriver sur les lieux 15 jours à 3 semaines avant le début du contrat afin de découvrir, observer et s’imprégner de la culture locale

Tout au long du mois de Juin, découvrez notre thématique consacrée aux possibilités de carrière à l’étranger !

CAP, brevet professionnel, mentions complémentaires, comment bien se préparer pour être au top le jour J

Chaque année, des milliers d’apprentis passent leurs examens dans les métiers de bouche. Si les occasions de s’entraîner demeurent nombreuses pendant l’apprentissage, le stress et autres imprévus peuvent néanmoins pointer leur nez lors de l’examen final. The Goût Job vous délivre ici quelques conseils pour bien se préparer et faire face aux nombreux aléas!

Commencez par… souffler !

Au fur et à mesure que la date se rapproche, vous avez l’impression de tout oublier et de ne plus rien savoir-faire. Pas de panique, c’est normal ! Il suffit de bien gérer son stress pour en faire une force positive le jour du concours.
Pour éloigner les angoisses, chacun sa méthode. Certains préféreront se détendre en faisant du sport quand d’autres auront besoin de potasser pour se rassurer. Ne vous comparez pas à vos camarades : le stress est un sentiment assez personnel, tout le monde ne le vit pas de la même manière. Pour certaines personnes, il sera à l’origine d’un profond malaise alors que pour d’autres, il passera presque inaperçu.
Pour arriver serein le jour J, faites en sorte d’avoir une bonne hygiène de vie les jours qui précèdent l’épreuve. Dormez 7 à 8 heures par nuit, et ne sacrifiez pas vos heures de sommeil au profit des révisions de dernières minutes. Vous n’en serez que plus fatigué, et aurez du mal à rattraper cette dette de sommeil.
Idem pour vos repas : prenez le temps de mangez sain et équilibré, privilégiez les aliments reconnus pour faire le plein d’énergie (crudités, fruits, féculents, protéines…). Bannissez les fast-foods au moins le temps de vos révisions.
Enfin, quel que soit votre état de stress, sachez que ni le café, ni la cigarette ni l’alcool ne vous aideront durant votre période de révision.
Soyez patient, attendez la fin de vos examens pour relâcher la pression et fêter ça autour d’un petit verre !

Geste d'un pâtisissier - The Goût Job

Devenez un pro de l’organisation

Une bonne organisation est la clé d’un examen réussi. Pour celles et ceux à qui la simple vue d’un planning provoque une crise de tétanie, armez-vous de quelques feuilles cartonnées, de vos plus jolis feutres et partez à l’assaut de vos révisions.
Pour être véritablement à l’aise, n’hésitez pas à vous créer un petit espace de travail rangé, et dénué de toutes tentations (votre x-box, téléphone portable, magazine préféré, animal de compagnie…).
Concentrez-vous en priorité sur les matières qui vous causent le plus de soucis sans pour autant mettre de côté celles dans lesquelles vous excellez. Prévoyez quelques pauses-détente, allez voir vos amis, partez courir ou faites-vous un cinéma pour vous changer les idées.
N’hésitez pas à demander de l’aide à un proche pour apprendre vos cours. C’est toujours plus simple de retenir en partant d’un échange. En plus, votre petit frère sera ravi d’apprendre lui aussi les familles et noms latins des poissons !

Etal de poissons - The Goût Job

Soyez prêt pour le Jour J !

Faites attention aux règles propres à vos activités. Selon les CAP, les droits et interdictions peuvent varier. Les bouchers n’ont pas les mêmes contraintes que les pâtissiers, qui eux-même n’auront pas les mêmes qu’un cuisinier.
Certains peuvent (et préfèrent) amener leurs outils, alors que pour d’autres, ce sera le lieu d’examen qui les fournira. Mais si vous avez un couteau préféré, n’hésitez pas à le prendre avec vous lors de l’épreuve. Vous serez ainsi plus rassuré de travailler avec des outils que vous maitrisez.
Pour celles et ceux qui ont une épreuve à thème, vous pouvez avoir le droit d’amener certains objets en relation avec celui-ci pour travailler la décoration.
Si l’épreuve ne se passe pas dans votre lieu d’apprentissage, ne paniquez pas. Les installations seront sensiblement les mêmes, et au bout de quelques minutes vous serez comme un poisson dans l’eau !
Prenez vos marques marques rapidement. Chaque minute vous sera précieuse. Ne vous comparez pas aux autres candidats ou à leur avancement. Allez à votre rythme en veillant à bien respecter le temps qui vous est imparti.
Enfin, soyez avenant et souriant tout au long de l’épreuve. Le jury appréciera un candidat sûr de lui, confiant et de bonne humeur. S’ils peuvent se montrer déstabilisants, c’est seulement pour tester vos limites et votre résistance au stress. Ne le prenez pas avec agressivité, répondez par un sourire et ne perdez pas de temps. Parfois, le jury peut faire une remarque sur la qualité de votre prestation. Surtout, ne perdez pas vos moyens. Assurez-vous d’avoir le temps de corriger votre erreur et soufflez-lui un simple « merci ». N’oubliez pas de débarrasser et nettoyer votre espace de travail. Dans les métiers de bouche, un plan de travail sale peut être fatal.
Une fois l’épreuve terminée et le nettoyage réalisé, évacuez tout le stress accumulé, relâchez la pression et tentez de ne plus y penser jusqu’aux résultats.

IMG_1080

Good Tips :

– travaillez vos gestes professionnels durant vos semaines en entreprise et n’hésitez pas à demander de l’aide aux professionnels de votre secteur.
– revoyez vos référentiels et ne vous lancez pas dans des créations et présentations que vous ne maitrisez pas

The Goût Job, #Partenaire Carrière, souhaite bonne chance à tous les apprentis qui passent bientôt leurs épreuves !

Geste de boulangers - The Goût Job

The Goût Job, le partenaire carrière des profesionnels et apprentis des métiers de bouche

The Goût Job est le Partenaire Carrière de tous les professionnels et apprentis des métiers de bouche. C’est la première plateforme dédiée exclusivement à l’emploi, la formation et la promotion de ces métiers.

Au plus près de tous les acteurs des métiers de bouche

Trop souvent dévalorisés, les métiers de bouche ont été les grands oubliés de l’orientation. C’est pourquoi The Goût Job se place au plus près de celles et ceux qui souhaitent faire carrière dans les métiers de bouche. De salons pour l’emploi en interventions dans les Centres de Formation des Apprentis (CFA), en passant par des actions sur les réseaux sociaux et de la production de contenus, la plateforme répond aux attentes des professionnels et futurs professionnels et cerne leurs besoins en matière d’emploi et d’apprentissage.

Votre partenaire carrière - The Goût Job

Pour accompagner les candidats dans leurs démarches The Goût Job produit et médiatise toutes sortes de contenus : des articles sur des thèmes divers, actualités, tendances, relations humaines, conseils… pour répondre à l’ensemble des problématiques qui peuvent se poser.

Présence et organisation d’un « Parcours Carrière » au Carrefour pour l’emploi des jeunes à Paris, mars 2016

Présence et organisation d’un « Parcours Carrière » au Carrefour pour l’emploi des jeunes à Paris, mars 2016

Des membres de l’équipe de The Goût Job se sont déjà rendus dans des Centres de Formation des Apprentis et des Maisons Familiales Rurales pour expliquer les enjeux du digital dans ces secteurs à des élèves ultra-connectés dans leur vie personnelle, mais inexistants sur le plan professionnel.

Présentation aux Compagnons du devoir, boulangerie & pâtisserie, à Nîmes, décembre 2015

Présentation aux Compagnons du devoir, boulangerie & pâtisserie, à Nîmes, décembre 2015

Durant près de deux heures, une experte en relations humaines et une communicante présentent les spécificités de chaque réseau social pour répondre à des problématiques professionnelles et échangent, ensuite, longuement avec les élèves pour terminer la session sur des entretiens d’embauche factices visant à éliminer les erreurs fatales les plus connues. Un guide leur est ensuite remis pour qu’ils puissent garder une trace écrite de cette séance.

Organisation d’une série d’entretiens d’embauche pour préparer les apprentis, MFR Saint-Etienne, février 2016

Organisation d’une série d’entretiens d’embauche pour préparer les apprentis, MFR Saint-Etienne, février 2016

Si vous enseignez ou dirigez un lieu d’apprentissage dans les métiers de bouche, n’hésitez pas à nous contacter pour une intervention dans vos classes. Nos équipes seront ravies d’apporter leur savoir-faire et d’échanger avec des futurs passionné(e)s !

Vous recherchez des (in)formations sur la boucherie, boulangerie, charcuterie-traiteur, pâtisserie-chocolaterie, restauration ou poissonnerie ?
Vous êtes à la recherche de votre premier emploi ou êtes en reconversion?
Professionnels ou apprentis des métiers de bouche, vous désirez élargir vos perspectives de carrière ?
Vous êtes en quête d’un super apprenti ou professionnel à recruter?
Contactez nos experts pour bénéficier de leurs conseils et d’un accompagnement dans vos démarches.

Présence à un concours organisé pour les apprentis d’Auchan, secteur Métiers de bouche, en présence du Chef Philippe Etchebest

Présence à un concours organisé pour les apprentis d’Auchan, secteur Métiers de bouche, en présence du Chef Philippe Etchebest

État des lieux de la mixité hommes-femmes dans les métiers de bouche

Dans l’imaginaire populaire, certains métiers se destinent exclusivement aux femmes et d’autres aux hommes. Ainsi, les secteurs requérant douceur et délicatesse reviendraient aux filles quand ceux nécessitant force et vigueur iraient aux garçons. Cela pourrait paraître aberrant n’est-ce pas ? Et pourtant, dans les métiers de bouche, ces clichés ont la dent dure.

Des métiers qui peinent à se féminiser

Fut un temps, la présence des femmes dans les métiers de bouche restait assez anecdotique. Ces dernières tenaient boutique pendant que leurs hommes travaillaient dur. Aujourd’hui, c’est une toute autre réalité. Les femmes ont su se faire une place de choix dans l’artisanat et l’entreprenariat.
Selon une étude réalisée par l’Institut Supérieur des Métiers en 2015, dans l’artisanat tout secteur confondu, les femmes représenteraient 22% des chefs d’entreprise, 25% des apprentis et 30% des salariés, soit une part non-négligeable, même s’il reste encore quelques pas pour atteindre une certaine parité.

Paul signe des desserts pour mettre en avant les inégalités hommes-femmes au travail

Paul signe des desserts pour mettre en avant les inégalités hommes-femmes au travail

Pour ce qui est des métiers de bouche, de nombreux métiers traditionnellement réputés comme « masculins » se sont ouverts aux femmes. Ainsi, la part des femmes aurait presque doublé entre le début des années 80 et aujourd’hui dans la boucherie, la charcuterie ou la boulangerie, passant de près de 10% à 20%.

Quant à la restauration, si les femmes occupent un quart des postes dans les cuisines, la gastronomie reste la chasse gardée des hommes qui représentent 90% des chefs.

Des candidates qualifiées pour des métiers en tension

Dans les métiers de bouche, de nombreux secteurs peinent à recruter. Pourtant, s’engager vers une démarche de mixité permettrait à un(e) recruteur/euse de doubler ses chances de dénicher le ou la candidate idéale. Car, s’il est vrai que dans le temps, les métiers avaient un sexe, aujourd’hui, la technologie et la législation ont largement permis de réduire la pénibilité du travail et la force physique ne doit plus être un critère déterminant lors de l’embauche.

Photos Instagram des élèves de l’école Ferrand : la relève est assurée !

Photos Instagram des élèves de l’école Ferrandi : la relève est assurée !

En boucherie, par exemple, les employés n’ont plus à transporter de lourdes carcasses. Pourtant, le secteur souffre d’une pénurie de candidats et reste délaissé par les femmes.

 

Un environnement de travail peu propice à la mixité ?

Dans de nombreux métiers, bien à l’abri dans les coulisses, le sexisme ferait des ravages. Dans les cuisines, par exemple, l’ambiance peut être tendue, voire même explosive. Et dans un environnement à majorité masculine, des remarques salaces, des blagues graveleuses et même des insultes sexistes peuvent être entendues ici et là. Aux dires de certains, les femmes n’ont pas leur place en cuisine.

Mais depuis quelques années maintenant, une toute nouvelle génération de femmes chefs ont su (re)prendre les rennes. C’est avec caractère, légitimité et beaucoup de talent qu’elles ont su s’imposer à la table des Grands. Anne-Sophie Pic, Ghislaine Arabian, pour la restauration, Marie-Flore Keumegne pour la boucherie, Virginie Brouant pour la poissonnerie (élue Meilleur Ouvrier de France en 2007), et bien d’autres ont ouvert la voie et prouvé qu’il existait bel et bien un esprit Girl Power dans les métiers de bouche. Ces porte-paroles s’érigent enfin contre la misogynie ou même le harcèlement sexuel qui rongent ces secteurs.

Marie-Flore Keumegne, une bouchère hors-pair Crédits : www.le-bourdonnec.com

Marie-Flore Keumegne, une bouchère hors-pair
Crédits : www.le-bourdonnec.com

Des lois pour se protéger

Sachez que les actes sexistes, le harcèlement sexuel ou encore les agressions sont punis par la loi. Si vous en êtes victime, surtout ne vous taisez pas. Surnom humiliant, geste déplacé, remarque sur le physique… ne laissez rien passer.

Selon la CSEP, près de 80% des salariées (tous secteurs confondus) seraient confrontées à des attitudes ou décisions sexistes. Face à de tels actes, ne fuyez pas, n’amoindrissez pas ce qui vous arrive. La loi Rebsamen vise à punir ces actes trop souvent banalisés :

Nul ne doit subir d’agissement sexiste, défini comme tout agissement lié au sexe d’une personne, ayant pour objet ou pour effet de porter atteinte à sa dignité ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant.

Si les attaques sont récurrentes ou tout simplement abusives, n’hésitez pas à déposer plainte pour harcèlement.

 

Vous pensez être victime de sexisme ou harcèlement sexuel sur votre lieu de travail ? Vous pouvez vous adresser à nos experts Ressources Humaines qui se feront un plaisir de vous aiguiller vers les instances compétentes et vous conseiller : 09 72 52 09 74

Packagings, faites voyager votre image à l’extérieur de votre boutique

Professionnels des métiers de bouche, démarquez-vous de vos concurrents et surprenez vos clients en remplaçant vos emballages alimentaires classiques par des packagings originaux et ludiques. Un emballage différent peut réellement décupler la tentation d’un client alors faites-en de véritables outils de vente pour les pousser à l’acte d’achat et transporter l’image de votre boutique jusque dans les rues !

Osez les packagings élaborés !

Si la mode des packagings plus originaux les uns que les autres a commencé, dans les années 90, du côté des industriels, certains artisans des métiers de bouche ont eux aussi fait le choix de se différencier.
Un packaging attractif ne tient souvent qu’à un détail : un jeu de couleurs original, une typo différente ou même un pliage distinctif. Proposer des emballages nouveaux n’est pas forcément source de dépenses et synonyme de difficultés.

La boulangerie Triticum a par exemple choisi de jouer avec les sens et a imaginé un emballage permettant de sentir l'odeur du pain à travers le carton.

La boulangerie Triticum a par exemple choisi de jouer avec les sens et a imaginé un emballage permettant de sentir l’odeur du pain à travers le carton.

Vous pouvez aussi mettre en scène votre produit en jouant avec un design sur l’emballage, et un jeu de transparence pour le mettre en avant. Vous pourrez ainsi permettre à vos clients de voir l’aliment même si celui-ci est déjà dans son emballage.

Une agence a imaginé un joli packaging pour des boites de pâtes.

Une agence a imaginé un joli packaging pour des boites de pâtes.

Comme la tendance est au vintage, un simple emballage en kraft accompagné d’une belle étiquette au nom de votre commerce peut suffire. Un tel packaging vous permettra d’arborer une communication plus « authentique », sans pour autant toucher à la conception de vos produits.

Impression de votre logo sur du papier kraft

Impression de votre logo sur du papier kraft

N’hésitez pas à présenter vos nouveaux packagings en proposant à vos clients de belles mises en situation, avec vos produits ou certains de leurs ingrédients. Partagez-les sur vos réseaux sociaux pour les présenter en exclusivité à vos fans. Et pourquoi ne pas les partager sur la page Facebook The Goût Job pour montrer vos emballages originaux à l’ensemble de la communauté ?

Les Chocolats Marou, grands artistes du packaging

Les Chocolats Marou, grands artistes du packaging

Les métiers de bouche, des fourneaux à l’écran

Aujourd’hui, quel que soit le domaine professionnel dans lequel vous évoluez, une présence digitale est devenue indispensable. Pourtant, si de nombreux secteurs ont su prendre le train en marche, d’autres, dont les métiers de bouche se sont montrés un peu plus réticents à la digitalisation de leur activité.

Une proximité retrouvée

Il y a encore quelques décennies, la prospérité d’une boulangerie, d’une boucherie, ou d’une poissonnerie reposait, certes, sur la qualité des produits vendus, mais aussi sur la personnalité des tenanciers. Ils connaissaient leurs clients personnellement, leur demandaient des nouvelles de leur famille et leur proposaient même de goûter aux dernières recettes.
Aujourd’hui, les clients se sont multipliés et le lien qui les unissait aux gérants des boutiques s’est effiloché. De moins en moins fidèles, ils se sont tournés vers de nouveaux canaux de distribution, comme les grandes enseignes ou la vente en ligne.
Pourtant, grâce aux réseaux sociaux et nouvelles technologies, les artisans peuvent maintenant recréer et renforcer ce lien de proximité, mieux cerner leurs clients et surtout, proposer de nouveaux services, plus en phase avec leurs besoins.

Stratégie du restaurant Les Saveurs de Py : des photos alléchantes pour pousser à la réservation

Stratégie du restaurant Les Saveurs de Py : des photos alléchantes pour pousser à la réservation

Beaucoup évoquent de nombreux freins quant aux réseaux sociaux. Certains diront qu’ils sont chronophages et d’autres feront remarquer leur manque de compétences sur ces sujets.
Pourtant, consacrer 30 min par jour à la gestion de vos réseaux sera amplement suffisant pour acquérir une certaine visibilité.
Et si vous paniquez devant un compte Instagram ou une page Facebook, pourquoi ne pas demander de l’aide à votre apprenti ultra-connecté ? En véritables digital natifs, ils sauront vous aiguiller au moins sur les aspects techniques des réseaux sociaux.

Si vous doutez encore de la pertinence d’une présence sur le web, sachez que pour 53% des français les avis des internautes sont pris en compte au moment de l’achat*.
Dites-vous que ce n’est pas trop tard pour vous lancer, et que vous n’êtes pas seuls : tous secteurs confondus, 73% des artisans n’ont pas de page Facebook et 84% n’ont pas Twitter*.
* source : digitalscape

Une chance à saisir

Professionnels des métiers de bouche, vous avez une chance que d’autres n’ont pas : vous pouvez faire de vos espaces numériques de véritables showrooms ! N’hésitez pas à partager vos créations, vos derniers menus, idées tuto et nouvelles recettes sur vos réseaux. En plus de susciter la gourmandise de vos clients, vous allez intéresser de nouveaux publics.

Chaque réseau social aura une utilité propre :

Facebook : réseau social généraliste par excellence, Facebook sera votre lien le plus fort avec vos publics en plus d’être un parfait outil de veille pour voir ce qui se passe ailleurs. Partagez le plus possible pour créer une belle proximité avec vos fans. Échangez avec eux, incitez-les à partager leurs avis, dévoilez les coulisses de votre boutique…

Facebook pour plus de visibilité - The Goût Job

Twitter : c’est le parfait outil pour se construire un réseau de professionnel. Commencez par ajouter les influenceurs de votre secteur, retweeter et likez-les pour faire acte de présence. Une fois plus à l’aise, n’hésitez pas à intervenir sur les actualités liées à votre activité.

Twitter pour rester informés - The Goût Job

LinkedIn : ce sera votre caution professionnelle. Une présence sur ce réseau vous fera gagner en crédibilité auprès de vos différentes relations professionnelles.

Instagram & Pinterest : ces réseaux sont incontournables pour votre image. Dévoilez-y vos plus belles créations et faites rêver vos abonnés. Vous pouvez également suivre les personnes influentes qui évoluent dans votre domaine d’activité et vous en inspirer.

Instagram et Pinterest inspirez grâce à vos photos - The Goût Job

The Goût Job : vous pourrez ainsi rester informé des actualités de votre secteur, sur les tendances, les aspects RH ou digitaux, les dossiers de fond…

The Goût Job pour toute l'actualité des métiers de bouche - The Goût Job

Alors, qu’attendez-vous pour enflammer le web avec vos plus belles créations ?

Concours « des Meilleurs Apprentis Auchan », un savoir-faire surprenant, une belle compétition et surtout beaucoup de passion

Le 30 mars dernier, The Goût Job a assisté à la finale du 2eme Concours des Meilleurs Apprentis Auchan. Les futurs boulangers, pâtissiers, bouchers et poissonniers se sont affrontés des heures durant, toujours dans la bonne humeur, pour tenter de décrocher le prix du meilleur apprenti Auchan.

Quand Top Chef rencontre Auchan et ses apprentis

Tout a commencé avec une idée de partenariat. Il y a 4 ans, l’enseigne s’est rapprochée de l’émission culinaire Top Chef pour mettre en place une opération visant à redorer l’image des métiers de bouche. Suite à ce partenariat avec l’émission et avec le chef et membre du Jury Philippe Etchebest, Auchan a décidé de créer un concours destiné à élire les meilleurs apprentis boulangers, pâtissiers, bouchers et poissonniers d’Auchan.

Ce concours, organisé en interne, proposait à tous les apprentis en dernière année de CAP de s’affronter (amicalement bien sûr!) dans toute une série d’épreuves. Les candidats étaient pré-sélectionnés grâce à une évaluation réalisée par leurs maîtres d’apprentissage et sur la base de notes acquises au CFA. Dans chacun des 4 métiers, 12 apprentis étaient retenus pour participer à la finale.

Les épreuves étaient très proches de ce qui allait leur être demandé lors de leur épreuve de sortie du CAP et pour beaucoup d’entre eux, c’était la première fois qu’ils participaient à un concours de ce type.

Une tresse en pâte d'amande

Décoration d’une épaule d’agneau

Les futurs boulangers devaient fabriquer des pains de tradition, pains de campagne et pains au lait dans un temps imparti, les pâtissiers avaient pour mission de créer un framboisier, une tarte Bourdaloue et des Paris-Brest. Les bouchers avaient des épreuves de désossage, parage, séparation et présentation de plusieurs viandes et enfin, les poissonniers devaient préparer et découper des produits de la mer, dresser un étal et réaliser un acte de vente.

Parmi les membres du jury, figuraient deux Meilleurs Ouvriers de France, Cédric Béjaoui, poissonnier et Philippe Etchebest, chef cuisinier. Ils étaient accompagnés des meilleurs professionnels d’Auchan. Ce choix était comme symbolique, il mettait en lumière qu’une alliance entre les grandes enseignes et l’artisanat était loin d’être inconcevable.

Remise des prix 1/4

Remise des prix 1/4

Xavier grand gagnant du concours en boulangerie a particulièrement apprécié cette expérience.

« C’est une belle expérience pour la préparation de notre CAP. En plus je ne m’attendais pas du tout à finir en tête ! »

Le jeune homme de 27 ans s’est orienté vers un CAP boulangerie après avoir obtenu un BEP pâtisserie et un bac pro alimentation. Il a ensuite travaillé dans un terminal de cuisson, mais la fabrication des produits lui manquait trop. C’est pourquoi il s’est adressé à Auchan, pour qui il avait réalisé quelques missions, pour réaliser son CAP boulangerie. L’enseigne a pris en charge son apprentissage et lui a dégoté une place dans un magasin Auchan aux alentours de Lyon.

Tous les apprentis, les gagnants comme les autres, le jury comme les organisateurs ont passé d’agréables moments, placés sous le signe du challenge, mais surtout de l’émotion. Du stress à la rage de vaincre en passant par l’appréhension l’allégresse, tous les ingrédients étaient réunis pour que ce concours reste gravé dans les mémoires.

Remise des prix 2/4

Remise des prix 2/4

Auchan, une enseigne au service de l’apprentissage dans les métiers de bouche

Les métiers de bouche sont aujourd’hui un véritable vivier d’emplois. Dans l’artisanat, l’industrie alimentaire ou les grandes enseignes, de nombreux postes sont à pourvoir. Auchan a par exemple tenu à développer son pôle métier de bouche pour proposer à ses clients des produits de qualité, en plus d’assurer près de 10 000 emplois dans ce secteur.

Le geste du pâtissier

Le geste du pâtissier

L’enseigne s’est également distinguée par sa politique d’apprentissage. Chaque année, elle propose plus de 450 postes en apprentissage dans les métiers du goût.

La direction procède à de nombreuses actions pour favoriser l‘apprentissage au sein de ses magasins, comme auprès des jeunes et des personnes en recherche d’orientation. Des salons de l’apprentissage sont notamment organisés, avec des ateliers pour véritablement découvrir ces métiers.

Les boulangers à l'oeuvre

Les boulangers à l’oeuvre

Pour Alain Moriceau, chef de groupe sur les métiers de bouche chez Auchan, les parcours croisés artisanat / grandes enseignes sont même très enrichissants. Selon lui, « Ce n’est pas innocent si les Compagnons devaient aller voir différentes maisons. Cela permet d’enrichir les compétences. C’est ce qui fait la richesse d’une carrière »

Alain Moriceau : « Ces métiers sont essentiels. Ils n’ont pas été valorisés à leur juste valeur et c’est pourquoi nous souhaitons participer à leur résurrection. On doit leur redonner leurs lettres de noblesse. »

Remise des prix 3/4

Remise des prix 3/4

Remise des prix 4/4

Remise des prix 4/4

Reconversion : quand l’appel des métiers de bouche prend le dessus

Parfois, on décide de changer de cap et de ne plus regarder en arrière. Lassés par les bureaux, de plus en plus d’hommes et de femmes se tournent vers les fourneaux. Poussés par leur passion pour les bonnes choses et les belles matières, ils tournent le dos à leur vie d’avant, surmontent les obstacles et se consacrent à ce qu’ils aiment.

Tout plaquer pour tout recommencer

L’idée d’une reconversion peut naître d’un déclic : Un trop plein au travail, les aléas de la vie, un événement personnel, le désir de changer de route… Dorian a exercé le métier de graphiste pendant près de 7 ans. Au fil du temps, le jeune homme s’est lassé de répondre à des clients difficiles et de se plier à des exigences créatives pas toujours pertinentes. Il s’est ensuite retrouvé dans une entreprise qui licenciait à tour de bras. Après réflexion, il a alors décidé de passer de l’art à l’artisanat. Aujourd’hui, il est boucher et passionné par son nouveau métier.

Mais la reconversion peut aussi apparaître comme une évidence. Emmanuel a été infirmier dans un bloc opératoire pendant une dizaine d’années. Un jour, il s’est rendu compte qu’il pensait avoir fait le tour de son métier. Intéressé par la pâtisserie depuis toujours, il a décidé de se lancer dans une nouvelle aventure. Il a frappé à la porte de Philippe Bernachon, célèbre pâtissier lyonnais, pour lui demander s’il pouvait l’observer un jour durant afin d’avoir une certaine réalité du métier. Convaincu, il y est resté pour faire son apprentissage et est aujourd’hui chef pâtissier à son compte.

Pour Audrey, jeune reconvertie de 26 ans, tout s’est fait très naturellement. Elle avait obtenu une licence et un master en droit et avait intégré l’école de droit de Lyon. Si elle consacrait beaucoup de temps à ses études, son temps libre était réservé à son compagnon, un jeune boucher. Dès qu’elle le pouvait, elle l’aidait et préparant des plats, des salades, des charcuteries… Puis un jour, elle s’est retrouvée face à un choix. Elle a finalement décidé d’abandonner le droit pour devenir traiteur et avoir son propre commerce.

Audrey « J’avais besoin de plus de créativité, d’un métier qui se renouvelle en permanence »

Pour profiter d’une reconversion réussie et se sentir épanoui(e), il faut savoir être à l’écoute de ses envies et surtout profiter des belles opportunités qui peuvent se présenter.

Rendez visite à Audrey chez Durafour Traiteur www.durafour-traiteur.fr 234 rue Paul Bert, 69003 Lyon 04.78.54.43.23

Rendez visite à Audrey chez Durafour Traiteur
www.durafour-traiteur.fr
234 rue Paul Bert, 69003 Lyon
04.78.54.43.23

Toutes les (in)formations sont bonnes à prendre

Si votre choix est fait, prenez bien le temps de vous renseigner sur la carrière choisie. De nombreux adultes en reconversion se lance tête baissée, sans prendre connaissance de la réalité du métier. Une fois confrontés aux premières difficultés, ils décident d’abandonner.

Pour être sûr(e) de votre choix, vous pouvez faire comme Emmanuel et Dorian qui ont souhaité découvrir le métier grâce à des stages de découverte. Pour le boucher, comme pour le pâtissier, ces expériences ont été bénéfiques et les ont confortés dans leurs choix.

Emmanuel : « Le matin, quand je me lève, je n’ai plus l’impression d’aller travailler »

Emmanuel : « Le matin, quand je me lève, je n’ai plus l’impression d’aller travailler »

Si vous êtes sûr(e) de vous, nous vous conseillons de faire une formation afin d’obtenir un diplôme. Pôle Emploi ou les Chambres des Métiers peuvent vous aiguiller vers les formations qui vous correspondent. Vous pourrez alors réaliser un apprentissage et apprendre la théorie comme la technique.
Audrey, elle, n’a pas eu à faire de formation. Elle a tout appris sur le tas et a tiré des enseignements des gens qui l’entouraient. Elle a acquis de nouvelles connaissances grâce à des vidéos, des livres recette et des conseils. Elle s’est aussi inspirée des plats que réalisait l’ancien propriétaire de son commerce, lui aussi traiteur, et les a remis au goût du jour pour les signer de son nom.

Il n’y a pas de parcours établi pour se reconvertir dans les métiers de bouche : l’envie, la motivation et la persévérance peuvent suffire pour qui s’en donne les moyens.

Un passé toujours d’actualité

Ne reniez pas complètement votre vie antérieure ! Les compétences et qualités acquises pourront toujours vous être utiles.

Audrey a pu monter son entreprise sans l’aide personne grâce à ses compétences en droit. Elle n’a pas eu à s’entourer d’avocat ou à faire appel à une aide extérieure. Le droit lui a permis de déchiffrer les textes de loi et développer sa fibre entrepreneuriale.
Pour Emmanuel, c’est la rigueur et la méticulosité du métier d’infirmier qui ont été des atouts indispensables pour devenir chef pâtissier.
Quant à Dorian, qui a le projet d’ouvrir sa propre boucherie, ses compétences en graphisme lui permettront de développer sa communication.

Faites un tour chez Emmanuel à l’Atelier des Gourmandises emmanueltravet.wix.com/atelier-gourmandises Les Bruyères 69220 Cercié en Beaujolais 06 32 10 04 45

Faites un tour chez Emmanuel à l’Atelier des Gourmandises
emmanueltravet.wix.com/atelier-gourmandises
Les Bruyères
69220 Cercié en Beaujolais
06 32 10 04 45

Les trois jeunes reconvertis ont des projets plein la tête : ouvrir son propre commerce, développer ses services et prestations, enseigner… Tous se sentent épanouis dans leur reconversion. Mais attention, s’ils conseillent à quiconque de se lancer si l’envie ou le besoin s’en fait ressentir, ils recommandent toutefois de bien s’entourer, d’avoir un confort financier pour ne pas être freiné(e) et surtout de s’accrocher.

Comme Audrey, Emmanuel ou Dorian, vous souhaitez dire adieu à votre routine et faire carrière dans les métiers de bouche, alors n’hésitez pas à nous contacter. Nos experts en formation vous guideront dans vos recherches et vos démarches.

Dorian « Je n’ai jamais été aussi heureux. Ce n’est pas toujours tout rose, mais je suis content d’avoir pris ce virage à 180° »

Gourmets et gourmands, faites le plein de bons plats à emporter et de délicieuses pâtisseries !

Salariés et apprentis, connaissez-vous la nouvelle prime d’activité ?

Depuis le début de l’année, certaines personnes peuvent prétendre à la prime d’activité. Aujourd’hui, The Goût Job vous éclaire sur cette nouvelle aide proposée par la CAF.

5,6 millions de personnes concernées… Et vous ?

Cette prime, versée tous les 5 du mois et exonérée d’impôt, vise à compléter les revenus les plus modestes et à favoriser le retour à l’emploi.

3 conditions suffisent pour pouvoir y prétendre :

– Résider en France
– Être majeur
– Être en activité, salarié ou indépendant

Cette prime est plafonnée : une personne seule doit gagner moins de 1500€ net par mois, un individu avec un enfant ou un couple sans enfant moins de 2200€ et un couple avec deux enfants à charge ne peut gagner plus de 2900€ pour toucher cette prime.

Quant aux étudiants et apprentis, ils doivent travailler au moins 3 mois et gagner au minimum 890 € net par mois.
À noter que les étrangers résidant en France peuvent la toucher s’ils sont ressortissants de l’Espace Économique Européen ou de la Suisse ou s’ils résident en France en situation régulière depuis au moins 5 ans.

Si vous pensez pouvoir y prétendre, vous pouvez vous rendre sur le site de la CAF et procéder à une simulation. À titre d’exemple, si vous gagnez le SMIC, êtes célibataire et n’avez pas d’enfant, vous pouvez prétendre à 132€ par mois.

Si vous n’avez pas encore fait votre demande alors que vous pouviez prétendre à cette prime depuis janvier 2016, sachez que vous avez jusqu’au 1er avril 2016 pour toucher les primes des premiers mois de l’année.

Si vous désirez en savoir plus sur la prime d’activité, n’hésitez pas à nous contacter à contact@thegoutjob.com et nos professionnels du recrutement se chargeront de vous guider.