PME, une nouvelle aide à l’embauche pour commencer 2016

Depuis le 31 décembre, les bruits de couloir allaient de bon train. Le 18 janvier, aux prémices de 2016, la nouvelle s’est confirmée et le 26, un décret est enfin paru au Journal Officiel. Oui, les PME pourront enfin bénéficier d’une nouvelle aide à l’embauche !

Cette aide est destinée aux entreprises de moins de 250 salariés qui embauchent en CDI ou CDD (de plus de six mois) des salariés payés jusqu’à 1,3 fois le SMIC.
Elle profite aux contrats signés après le 18 janvier et sera en application jusqu’à fin 2016.

Cette aide pourra atteindre 4 000 € sur deux ans et une prime de 500€ sera versée chaque trimestre. Le montant est calculé selon la durée du contrat et le temps de travail.
Employeurs, c’est donc le bon moment pour recruter, n’attendez plus !

Si vous désirez en savoir plus sur l’aide à l’embauche, n’hésitez pas à nous contacter à contact@thegoutjob.com et nos professionnels du recrutement se chargeront de vous guider.

L’apprentissage, premier pas vers une carrière réussie

Vous allez commencer votre apprentissage ou êtes sur le point d’embaucher un apprenti ? Et malgré toute la bonne volonté du monde vous n’arrivez pas à faire du Code du Travail votre livre de chevet ? Ne vous en faites plus, The Goût Job vous propose ici un résumé des droits et des devoirs d’un apprenti.

 

Qu’est-ce qu’un contrat d’apprentissage ?

Le contrat d’apprentissage est un contrat de travail grâce auquel un jeune, âgé de 16 à 25 ans, pourra suivre un enseignement théorique dans un CFA (Centre de Formation des Apprentis) et pratique en entreprise.
Les droits et devoirs des apprentis sont énoncés aux articles L6211-1 et suivants, L6222-1 et suivants et L6231-1 et suivants du Code du Travail.

 

Les droits de l’apprenti

  • Profiter d’une période d’essai de deux mois qui ne peut être renouvelée
  • Être couvert par la protection sociale, même quand il est en cours
  • Compter ses années d’apprentissage comme des années à faire valoir pour sa retraite
  • Profiter d’une réduction de 50% pour les frais de transports en commun (travail/domicile)
  • Bénéficier des mêmes droits que les employés (protection maladie, accidents du travail, congés maternité
  • Bénéficier d’un maître d’apprentissage chargé de la formation de l’apprenti, désigné par l’employeur
  • Disposer de congés payés pour les périodes en entreprise (25 jours ouvrés au minimum, comme pour les salariés de l’entreprise)
  • Bénéficier de 5 jours de congés (en plus de ceux cités ci-dessus) pour préparer leurs examens

 

Les devoirs de l’apprenti

  • Être inscrit dans un centre de formation
  • Respecter le règlement intérieur de l’entreprise, comme celui de l’école
  • Être présent en cours et travaux dirigés (et transmettre un justificatif en cas d’absence)
  • Réaliser les tâches qui lui sont confiées
  • Respecter les horaires
  • Respecter le nombre d’heures établi par le contrat de travail (NB: l’apprenti mineur bénéficie d’un règlement spécifique)

 

Le salaire de l’apprenti

Année d’exécution du contrat Avant 18 ans 18 à 20 ans 21 ans et plus
1ère année 25 % 41 % 53 %
2ème année 37 % 49 % 61 %
3ème année 53 % 65 % 78 %
*en pourcentage du SMIC

A l’issu de son contrat, l’apprenti peut être embauché, quitter l’entreprise ou conclure un nouveau contrat d’apprentissage avec son employeur.

 

Le conseil The Goût Job :

Apprentis, profitez de cette période pour découvrir, grandir et vous épanouir dans votre activité. Soyez curieux, avides de nouveautés et de nouveaux enseignements. N’hésitez pas à poser des questions, prouver votre savoir-faire et prendre des initiatives.

Employeurs, n’oubliez jamais que vos jeunes recrues sont encore en train d’apprendre. Faites preuve de patience et de pédagogie et soyez de véritables mentors pour vos apprentis

Recherche d’emploi et réseaux sociaux, les good tips de The Goût Job

Vous maîtrisez le like, le partage ou le retweet à la perfection, mais savez-vous présenter vos compétences, vos qualités et vos réalisations professionnelles sur les réseaux sociaux ? Savez-vous que 93 % des recruteurs disent vérifier le profil des candidats à l’embauche sur les médias sociaux* ?

Alors prenez-soin de votre image et tirez parti de la toile pour vous valoriser. Dans les métiers de bouche, vous avez notamment une fantastique opportunité : montrer votre savoir-faire en image, photo ou même vidéo. Soyez créatif et malin en respectant les spécificités de chaque plateforme.

CRÉEZ VOTRE VITRINE PROFESSIONNELLE ET VIRTUELLE

  • Facebook : créez-vous une page fan avec votre nom et votre poste « Félix Martin, boulanger ». Vous pourrez alors vous raconter, mettre en avant vos actualités, votre parcours et vos œuvres.
  • Instagram : placez vos réalisations sous le feu des projecteurs en les sublimant grâce aux nombreuses options proposées par cette application. Vous avez réalisé une magnifique pièce montée ? Votre étal de poisson est construit comme une toile de maître ? Votre gigot est coupé à la perfection ? Une photo, un joli filtre et le tour est joué ! La photo est idéale pour illustrer votre savoir-faire et vos spécialités.

    Instagram est une vitrine parfaite pour mettre l’eau à la bouche…

    Instagram est une vitrine parfaite pour mettre l’eau à la bouche…

  • Réseaux professionnels : une présence sur Linkedin et/ou Viadéo peut être un véritable plus pour développer votre réseau et vous présenter de façon formelle, surtout si vous souhaitez vous orienter vers une carrière en grande surface.

 

TRAQUEZ LES ACTUALITÉS

  • Twitter : ce réseau social est un formidable moyen de rester informé des actualités de votre secteur en suivant les personnes influentes du milieu. Entreprises, célébrités, syndicats, associations, magazines… tous partagent leurs actualités sur Twitter.

  • The Goût Job : comment ne pas le citer… The Goût Job est LA plateforme pour dénicher un job dans les métiers de bouche. Inscrivez-vous, rendez-nous régulièrement visite, créez et partagez votre profil pour ne rater aucune opportunité de carrière ! Suivez-nous également sur Facebook, Twitter ou Linkedin pour rester informé, participer à nos jeux concours ou tout simplement échanger avec l’équipe.

    Poursuivez l'aventure sur les médias sociaux The Goût Job !

    Poursuivez l’aventure sur les médias sociaux The Goût Job !

 

RESPECTEZ LES CODES

    • Une photo de profil adaptée : votre photo est la première image que votre futur employeur aura de vous. Montrez-vous sous votre meilleur jour ! The Goût Job vous conseille de prendre la pose en tenue professionnelle. Votre toque, votre tablier et vos ustensiles seront les alliés d’une photo réussie. Pour vous mettre véritablement en valeur, privilégiez un contexte lumineux et exposez votre plus beau sourire. Faites-vous plaisir en ajoutant une pincée de fantaisie, mais n’oubliez pas que la simplicité est toujours appréciée.
    • Un parcours détaillé : les réseaux sociaux de véritables espaces d’expression. Vous pourrez détailler votre parcours, mentionner vos diplômes, mettre en avant vos spécialités et partager vos expériences. Utilisez le jargon professionnel afin de montrer aux recruteurs que vous maîtrisez votre sujet et faites la chasse aux fautes d’orthographe qui vous décrédibiliseront.
      Comme le chef Cyril Lignac, racontez-vous et donnez envie aux internautes d’en apprendre plus sur vous - The Goût Job
    • Des réalisations soignées : apportez un soin tout particulier aux photos que vous présentez. Faites attention au cadrage. Une cuisine sale et mal rangée en arrière-plan vous desservira. Évitez également les espaces trop sombres. Une photo lumineuse sera plus gaie et plus appréciée. N’oubliez pas que le diable se cache dans les détails ! De nombreuses applications gratuites permettent de retoucher vos photos. Jouez avec les contrastes, ajoutez une légende ou un cadre pour personnaliser vos créations.
      Quelques retouches pour vendre du rêve à votre futur employeur ! - The Goût Job

Après vous être donné tant de mal pour devenir le roi ou la reine des médias sociaux, n’oubliez pas de mentionner les réseaux sur lesquels vous êtes présent sur votre CV.

* sondage Jobvite.

Apprentissage Métiers de Bouche : ce que change la loi Rebsamen

Vous accueillez des apprentis ? Vous allez prochainement bénéficier du statut d’apprenti ? Si oui, voici deux informations importantes. Elle concernent les contrats d’apprentissage et sont issues de la loi sur le dialogue social et l’emploi, dite « Loi Rebsamen”, publiée au Journal officiel au mois d’août dernier. 

 

Bonne nouvelle : l’aide au recrutement dun apprenti est simplifiée

Depuis le 1er juillet 2014, les contrats d’apprentissage conclus peuvent ouvrir droit à une Prime Régionale pour l’apprentissage. Cette aide de 1000 €, versée par les régions, est réservée aux entreprises qui n’avaient pas d’apprenti l’an passé ou qui recrutent des apprentis supplémentaires*.

La nouvelle loi supprime une condition qui était exigée pour les entreprises de moins de 250 salariés ; elle devaient relever d’un accord de branche comportant des engagements en faveur de l’alternance, ce qui n’est plus nécessaire. 

* Pour connaitre le détail des aides à lembauche pour les contrats apprentissage, regardez ici.

Une durée d’évaluation plus « juste »

La période pendant laquelle le contrat d’apprentissage peut être rompu a été modifiée. Avant la loi Rebsamen, la période d’essai était de deux mois calendaires à compter de la date d’embauche. Or l’employeur ne pouvait pas forcément juger des compétences de son apprenti, alors que celui-ci passait une partie de son temps en centre de formation.

Pour les contrats conclus après le 18 août 2015, la période d’essai est désormais de quarante-cinq jours, consécutifs ou non, de formation pratique en entreprise. Cette disposition permet aux employeurs d’évaluer leur(s) apprenti(s) « en situation ».

Salon alpin de l’hôtellerie et des métiers de bouche Albertville, du 6 au 9 novembre 2015

La 12e édition de l’évènement référent des Alpes du Nord dans le secteur de l’hôtellerie et des métiers de bouche est très attendue. Pendant quatre jours, le « premier marché montagnard du monde » va investir la Halle Olympique fraîchement rénovée dAlberville, en Savoie. 190 exposants et 12 000 visiteurs seront au rendez-vous.

 

Le salon « pro » pour préparer la prochaine saison dhiver

Comme tous les deux ans, les allées du salon vont être l’endroit idéal pour préparer la  saison hivernale. Pour les 20 000 établissements (cafés, hôtels, restaurants, métiers de bouche, collectivités) de Savoie, Haute-Savoie, Isère et Hautes-Alpes, l’enjeu est important.

Plus grande destination du monde pour les sports d’hiver, les Alpes attendent pour 2015/2016 plus de 50 millions de journées‐skieur… ce qui fait beaucoup de bouches à nourrir ! Les visiteurs pourront se préparer à assurer la réputation gourmande de la région pendant le salon, en comparant, goûtant et testant les produits avant de passer leurs ordres auprès de leurs fournisseurs.

 

De nombreuses marques et acteurs présents

Des grandes enseignes du secteur de la boulangerie-pâtisserie, des producteurs et distributeurs de produits alimentaires et boissons, des sociétés spécialisées en équipements et matériels consommables, en hygiène, en aménagement, en décoration et en mobilier présenteront leurs produits et leurs innovations.

Changer de boulot pour devenir boulanger : maximisez vos chances

Échanger le « métro-boulot-dodo » contre un « matin, pétrin, bon pain » est un rêve que de plus en plus de personnes transforment en réalité. Et oui ! L’envie (ou la nécessité) de se reconvertir peut parfaitement conduire à exercer le noble métier de boulanger ou de boulanger-pâtissier. Si les exemples de réussites ne manquent pas, mieux vaut bien préparer ce nouveau départ.

 

Success story

Ils étaient militaires, sportifs, ingénieurs dans l’industrie, comptables, responsables achats, développeurs informatique… Entre 20 et 50 ans, ils – ou elles – se sont jetés par passion dans l’inconnu. Ils ont repris des études, sont devenus apprentis et… leur vie a vraiment changé. Certains sont partis à l’étranger. D’autres se sont installés, et plus rarement sont devenus des stars de la profession, comme les parisiens Basile Kamir ou Christophe Vasseur.

 

La réussite à condition de mûrement réfléchir son projet

Devenir pâtissier ou boulanger « sur le tard » est théoriquement possible pour tous les cœurs vaillants. Le succès n’est pourtant assuré qu’à ceux et celles qui auront :

> mûrement réfléchi leur projet,

> analysé en profondeur leurs motivations,

> pris en compte leurs moyens (financiers, réseaux d’aide,…). Un ouvrier boulanger débutant gagne en général 1260 € net/mois.

> compris la réalité du terrain.

Tous ceux qui sont passés par là témoignent : le courage et la détermination sont indispensables dans l’aventure de la reconversion. Première épreuve : trouver la bonne formation et obtenir son financement.

 

La bonne formation

Les formations pour adultes se sont, par chance, considérablement développées ces dernières années, aussi bien à Paris qu’en Province. Il faut dire que les 35 000 boulangeries de France manquent de main d’œuvre ! Les centres de formations privés, de type CFA, sont nombreux et proposent souvent plusieurs promotions par an, permettant, sur des temps courts (entre 3 mois et un an), d’obtenir le CAP pro de boulanger ou de pâtissier (quelques exemples et liens en fin d’article).

 

La formation est donc intense, alternant enseignements théoriques, travaux pratiques et stages en entreprise. Petit conseil : visitez l’école pendant les portes ouvertes, pour comprendre les méthodes pédagogiques et rencontrer les intervenants.

 

Obtenir un financement

Les formations dispensées aux adultes ne sont bien sûr pas gratuites. Vous pourrez soit opter pour un financement personnel, soit bénéficier de l’un des dispositifs suivants, en fonction de votre statut (salarié(e), demandeur d’emploi, …) :

> CIF (Congé Individuel de formation)

> CPF (Compte Personnel de Formation)

> AIF (Aide Individualisée à la Formation)

> RFPE (Rémunération de Formation Pôle Emploi)

 

Si vous êtes salarié(e) en CDD, CDI ou intérimaire, vous pourrez vous renseigner auprès de l’OPACIF ou de votre FONGECIF  (Fonds de Gestion des Congés Individuels de Formation) régional,  qui vous orientera dans les démarches à effectuer dans le cadre de l’obtention d’un contrat individuel de formation.