Paye ta Toque :
Rencontre avec Marie Sauce,
Présidente-Fondatrice
de la Cuillère d’Or

Marie Sauce est une autodidacte. Une femme qui, par son indépendance d’esprit et sa volonté a su se faire une place, mais surtout un nom dans le monde de la gastronomie française. À l’occasion de la Journée Internationale des Droits de la Femme et du lancement de l’opération Paye ta Toque !, nous avons échangé avec elle sur la place qu’occupent les femmes dans les métiers de bouche.

Faire rayonner les professionnelles des métiers de bouche

Le destin de Marie Sauce n’était pas tracé. Ses premiers pas, elle les a faits chez Fun Radio puis chez M6 et 13ème rue. Mais c’est le lancement d’une nouvelle chaîne, Cuisine TV, qui la propulsera dans le monde à part des métiers de bouche. Puis, au fil des rencontres, Marie créera sa propre agence de communication et de marketing dédiée à la gastronomie et deviendra la présidente de deux associations : les Toques Françaises et la Cuillère d’Or, qu’elle a créée et fondée en 2009.

La Cuillère d'Or, un concours réservé exclusivement aux femmes, professionnelles ou amatrices

La Cuillère d’Or, un concours réservé exclusivement aux femmes, professionnelles ou amatrices

« Le concept de la Cuillère d’Or date de 2008 et la 1ère édition s’est déroulée en 2010.
Le nom lui, est arrivé plus tard. L’objectif était de mettre en lumière le talent et le savoir-faire des femmes. Ce concours n’est pas seulement dédié aux professionnelles, il est aussi ouvert aux amatrices (professionnelles et amatrices ne s’affrontent pas entre elles). Ce n’est pas du tout sexiste, ni féministe. Il y a une multitude de concours dans les métiers de bouche, mais aucun n’était réservé qu’aux femmes.
L’idée m’est venue par des rencontres professionnelles, notamment dans des lycées hôteliers où j’ai rencontré pas mal de jeunes filles qui me disaient très souvent qu’elles ne savaient pas si elles allaient continuer et si elle pourraient concilier leur vie de femme et leur vie professionnelle.
Quant à moi, je suis d’une part passionnée de gastronomie, et d’autre part j’ai baigné dans tous ces repas familiaux qui étaient orchestrés d’une main de maître par les femmes (il y avait quand même mon grand-père) ! .
J’avais vraiment envie de mettre en lumière cette féminité qui est dans les cuisines depuis la nuit des temps.
Souvent, les professionnels avouent que leur inspiration vient de leur maman ou de leurs grands-mères. En tout cas, il y a toujours une figure féminine qui ressort. L’idée c’était de mettre en avant les femmes, de les pousser à oser !

Si lors des 3 premières éditions de la Cuillère d’Or (2010, 2011 et 2016), il n’y avait qu’un seul concours, l’édition 2018 s’ouvrira à l’international, mais aussi aux petites filles avec la Cuillerée d’Or :

Si ça peut susciter des vocations auprès des petites ce serait formidable ! Je pense que pour elles, ce sera magique de rencontrer les personnes qui leur mettent plein d’étoiles dans les yeux.

Une candidate en action - la Cuillère d'Or

Une candidate en action – la Cuillère d’Or

Lors du Sirha 2017, Marie et les Chefs Danielle Crost et Sophie Rio, lançaient officiellement la Cuillère d’Or et revenaient sur la place qu’occupent les femmes dans les métiers de bouche :

J’ai l’impression qu’il y a un véritable engouement, elles osent plus. On dirait même qu’elles s’émancipent !

La Cuillère d'Or

Et si les attitudes sexistes existent bel et bien dans les métiers de bouche, Marie relativise et voit le verre à moitié plein : pour elle, il y a une égalité des chances entre hommes et femmes dans ces milieux. Elle cite notamment Christian Têtedoie, «  Qui est d’une bienveillance hallucinante » ou Alain Pégouret, qui se sont toujours entourés de femmes dans leur brigade respective.

C’est une minorité qui pose problème. Et les choses sont en train d’évoluer !

D’ailleurs, son combat Marie ne le dédie pas qu’aux femmes ! Elle nous conseille même une idée d’article : « la pression subie par les commis ! »

Et lorsque l’on lui demande son avis à propos de l’opération Paye ta Toque ! lancée par The Goût Job afin de dénoncer le sexisme dans les métiers de bouche, c’est toujours avec autant de passion que Marie répond :

Il faut dire les choses car c’est une réalité. Encore maintenant, malheureusement. Ces métiers sont extrêmement durs. Ce sont des métiers de passion, et quand on est passionné, on va par moment dépasser les bornes, hommes comme femmes.
Il faut en parler, savoir se mesurer et ne pas prendre position. En revanche, il faut aider ces femmes, leur donner des clés. Leur faire comprendre qu’elles ont des droits, qu’elles ne sont pas seules. Mais il faut continuer à les accompagner par la suite, leur donner des outils pour avancer.
Certaines se sont sont exprimées sur le sujet, comme par exemple Fanny Rey. C’est aussi un peu ce qu’on fait avec la Cuillère d’Or. Nous voulons les accompagner dans leur parcours de vie professionnelle.
Je sais que certaines personnes sont très mal intentionnées envers les femmes dans les métiers de bouche, mais il ne faut pas oublier que c’est loin d’être le cas de tout le monde. C’est un vrai engagement que vous prenez !

The Goût Job a lancé l'opération Paye ta Toque pour dénoncer les violences que subissent les femmes dans les métiers de bouche

The Goût Job a lancé l’opération Paye ta Toque pour dénoncer les violences que subissent les femmes dans les métiers de bouche

Un dernier mot Marie ?

Que les femmes osent et qu’elles s’affirment !

Professionnelle ou simple passionnée, n’hésitez pas à découvrir le concours organisé par Marie et soutenu par de grands noms des métiers de bouche avec notamment Jacotte Brazier en Présidente d’honneur, et Jacqueline Roucou, fille du très grand cuisinier Roger Roucou, qui sera la marraine des 3 concours.

Le Jury est tout aussi prestigieux, et comptera pour ne citer que les femmes :

Agnès Delaveyne – Fille du très célèbre Jean Delaveyne

Marie-Jo Le Guen Geffroy – Chef des cuisines du Ministère des Outre-Mer.

Hermance Carro Joplet – Chef au restaurant Castellaras

Sylvie Grucker – Chef au Pressoir de Bacchus

Sophie Rio : finaliste 2005 de la Cuillère d’Or

Virginie Basselot : Meilleure Ouvrière de France 2015

Claire Verneil : Chef Pâtissière

Béatriz Gonzalez : Chef au  restaurant Neva Cuisine

Paule Neyrat : Journaliste et auteur

Et pour la Cuillerée d’Or, le concours réservé aux plus petites, le jury comptera Inès, la fille de Marie Sauce. Comme quoi, la passion est une histoire de famille !